4 Comments

  1. « Comme avant en un peu pire » (M. Houellebecq), c’est exactement cela.
    Je crains que ces saynètes ne deviennent très banales, comme celles des zombies avec leurs ordiphones le sont devenues. Au final, il n’y aura plus grand chose à photographier dans cette nouvelle ère de l’homme de « Néantotal ».

    J’aime

    1. J’ai pas mal tardé à développer cette pellicule et du coup, oui, toutes ces scènes qui m’avaient interpellée cet été en Espagne me sont apparues soudain d’une terrible banalité!
      Banales, oui mais surtout terribles, il n’y a pas d’autre mot. C’est terrible de voir qu’on peut s’habituer au pire petit à petit, qu’on se laisse grignoter des libertés sans réagir…

      J’aime

  2. « Les jours chocs » qui deviennent quotidiens, oui.
    Curieuse de voir comment se passera le retour au normal. Curieuse de savoir ce qui sera normal à l’avenir ou pas.
    Ta première photo est tout particulièrement parlante. La seconde aussi. Sans doute parce que tu as super bien tiré parti des vitrines et des enseignes.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s